Mesures environnementales

Un des objectifs stratégiques décrit dans le plan stratégique 2006-2010 de l’Administration de l’Aéroport est « d’exploiter et de gérer l’aéroport de manière responsable sur le plan de l’environnement. » De plus, dans le cadre de la Politique nouvellement approuvée d’engagement et de responsabilité sociale, l’environnement a été cerné comme question clé en plus de la responsabilité économique et sociale, de la transparence et de la bonne régie d’entreprise.

En ce qui concerne l’environnement, l’Administration se concentrera surtout sur:

  • l’élimination des incidences environnementales, dans la mesure du possible;
  • la réduction des incidences environnementales lorsque leur élimination est possible; et
  • l’amélioration continue des resultants de tous les plans et programmes.

Les initiatives annuelles de gérance de l'environnement de l'Administration de l'aéroport comprend plusieurs programmes, notamment :

  • Contrôle des eaux pluviales
  • Gestion du bruit des aéroneufs
  • Contrôle des eaux souterraines
  • Matières dangereuses
  • Évaluations environnementales
  • Réduction/recyclage des déchets
  • Vérification interne de l’observation
  • Inventaire des réservoires
  • Communication/sensibilisation/formation
  • Achats écologiques
  • Campagne de reduction de la pollution atmosphérique
  • Sites contaminés
  • Efficience énergétique

Pour en savoir davantage sur le succès atteint sur le front environnemental, consultez le Rapport sur le rendement environnemental 2016.

Gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre (GES) provenant de toutes sources et les effets de ces émissions sur les changements climatiques représentent un enjeu important pour notre société; l’Administration de l’aéroport a le devoir d’élaborer et  mettre en œuvre une stratégie en vue de réduire ses émissions de GES.

L’Administration de l’aéroport vise à atteindre une réduction annuelle des émissions de GES de l’ordre de 2%. Il convient de préciser que les possibilités de parvenir à cet objectif risquent d’être limitées étant donné les efforts déployés jusqu’à ce jour qui ont permis depuis 2006 de réduire de 30 % les émissions de GES de l’aéroport et les installations aéroportuaires qui ont déjà été optimisées presque au maximum. L’Administration de l’aéroport tâchera d’atteindre cet objectif par l’entremise de nouvelles technologies, en se prévalant des programmes et incitatifs gouvernementaux, et en remplaçant des systèmes qui ont atteint la fin de leur vie utile.

Des fonds seront mis à la disposition des Services environnementaux sur une base annuelle, le montant minimal correspondant au montant consacré à l’achat de compensations pour les émissions de GES par l’AAIMCO (nota : environ 100 000 $ en 2016). Ces fonds seront affectés à des projets visant à réduire les émissions de GES, lesquels pourront porter sur les infrastructures, la recherche, les essais et d’autres types de projet dont le but est de réduire les émissions de GES de l’aéroport.

L’Administration de l’aéroport veillera à ce que tous les futurs projets prennent en compte les émissions de GES dans les estimations de coûts et la budgétisation. 

Pour en savoir davantage, consultez la politique des gaz à effet de serre (disponible en anglais seulement). 

Bruit

La présence d’un aéroport dans une communauté a un impact positif non seulement sur la qualité de vie, mais aussi sur les opportunités disponibles aux résidents et aux entreprises. Le transport aérien facilite la capacité des entreprises d’opérer d’une manière efficace, de transporter leur personnel et leurs biens dans le monde entier et d’étendre leur portée au marché mondial. Le transport aérien offre aux individus la possibilité de découvrir de nouveaux horizons à travers le voyage à de nouveaux endroits intéressants.

Toutefois, les aéronefs font du bruit. Et comme l’Administration de l'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa (AAIMCO) veut être un bon voisin, il cherche toujours des façons de réduire les problèmes de bruit, tout en gardant un œil sur les exigences de sécurité.

Que fait-on pour réduire le bruit?
Voici certaines mesures qu’ont mises en place l’AAIMCO et le milieu de l’aviation pour réduire le bruit des aéronefs :

  • Les arrivées et les départs sont dirigés vers les trajectoires de vol les moins perturbatrices – sans que l’on compromette la sécurité des vols;
  • Les radars et les aides à la navigation permettent de contrôler avec précision les arrivées et les départs;
  • Nous travaillons avec les planificateurs municipaux et provinciaux pour coordonner le développement autour de l’aéroport dans le but de déranger le moins possible les futurs résidents;
  • Les fabricants d’aéronefs poursuivent leur recherche de techniques de réduction du bruit. Les moteurs à réaction d’aujourd’hui apportent plus de puissance pour traîner de plus gros aéronefs, et réduisent de façon considérable le bruit; et
  • Les transporteurs éliminent graduellement les aéronefs les plus bruyants de leur flotte ou procèdent à leur refonte en leur installant de nouveaux moteurs silencieux.

En vertu du programme de gestion du bruit des aéronefs de l’AAIMCO, il faut évaluer toutes les plaintes contre le bruit pour déterminer si les procédures d’atténuation du bruit ont été suivies. On signale toutes les infractions à Transports Canada, qui, par la suite, peut poursuivre l’enquête et donner des amendes en conséquence. Depuis 2004, lors de l'étude des plaintes reliées au bruit, aucune violation aux procédures d'atténuation du bruit n'a été enregistrée.

Zone d’influence d’exploitation de l’aéroport (ZIEA)

L’Aéroport international d’Ottawa a poussé un peu plus loin l’atténuation du bruit. En collaboration avec les gouvernements provinciaux, la municipalité et d’autres intervenants de la collectivité, nous avons créé la ZIEA. Cette ligne est composée des courbes de bruit de 30 NEF et de 30 NEP et tient compte des caractéristiques visibles, comme les routes et les cours d’eau. Cette zone sert à réduire l’aménagement de bâtiments sensibles au bruit, comme des logements résidentiels, des écoles et des bibliothèques, qui sont tous des victimes faciles de la pollution par le bruit.

Nous écoutons! Composez le 613 248-2023 si vous avez une question au sujet du bruit, ou remplissez le formulaire ci-dessous.